Médecine Traditionnelle Chinoise

Cabinet d'Agnès Hourtané

Déroulement d’une séance

L’EXAMEN
Généralement lors de la première consultation, le patient bénéficie d’un examen complet pouvant durer de ½ heure à 1 heure :

  • observation (teint, apparence, gestuelle)
  • interrogatoire approfondi (doléances, antécédents médicaux, familiaux, sommeil, nutrition…)
  • olfaction et audition (odeur et bruit du patient)
  • examen (palpation abdominale, dorsale, prise des pouls chinois, observation de la langue)

Les pouls chinois et l’observation de la langue sont deux examens fondamentaux pour établir un diagnostic pertinent.

Les pouls vont renseigner sur le fonctionnement de chaque organe et viscère, sur la quantité d’énergie dont ils disposent et la qualité de cette énergie et comment elle circule autour et dans de les méridiens.

L’observation de la langue va renseigner sur le fonctionnement des trois foyers : foyer supérieur pour le système cardio-pulmonaire et réception des énergies ; foyer médian pour le système digestif et assimilation des énergies; et foyer inférieur pour le système urinaire et élimination. Elle renseigne également sur la chronicité de la pathologie et l’ordre de sa survenue.
Une consultation en MTC ne dispense pas le patient d’un suivi médical par son médecin traitant.

LE TRAITEMENT
Le praticien en médecine traditionnelle chinoise dispose de plusieurs outils pour traiter son patient.

Lors d’une séance d’acupuncture, seules sont utilisées des aiguilles stériles à usage unique. L’insertion de l’aiguille n’est pas douloureuse mais peut provoquer  fourmillements, sensation d’engourdissement, lourdeur, chaleur, froid ou rougeur autour de l’aiguille. Cela traduit un bon travail thérapeutique et une réponse satisfaisante du corps.

L’acupression, ou digitopuncture, a les mêmes effets et le même mode opératoire que l’acupuncture mais sans utilisation d’aiguille. Le travail énergétique est fait aux doigts et il est fréquemment utilisé chez les enfants, les personnes sensibles ou selon le diagnostic du praticien.

Peut être utilisée aussi la moxibustion qui consiste à chauffer un point d’acupuncture en y présentant un bâtonnet d’armoise séchées (artemisia vulgaris) incandescent. La sensation est une douce chaleur qui se répand le long du méridien ou de la zone douloureuse.

Il est fait appel à la  technique des ventouses pour attirer l’énergie incorrecte vers l’extérieur.

La technique des Tui Na consiste à masser des zones douloureuses selon les trajets des méridiens et à mobiliser certaines articulations afin de leur rendre souplesse et fonctionnalité. Ce travail peut être renforcé par l’utilisation d’un Gua Sha (instrument en forme de dos de peigne, en corne de bœuf) qui permet d’éliminer les stagnations d’énergies.

Le traitement énergétique peut parfois être complété par des conseils d’hygiène de vie (rythme, sommeil…) et/ou par des conseils alimentaires (aliments à privilégier ou à limiter).

EFFETS SECONDAIRES
Comme toute thérapie active et efficace, une séance d’acupuncture, de moxibustion, de massages ou de manipulation, peut engendrer une aggravation ponctuelle des principaux symptômes, une fatigue qui disparaît après une nuit de sommeil, des douleurs transitoires.
Une forte réaction est bon signe mais elle n’est ni systématique ni obligatoire. Chaque corps réagit différemment. Le plus souvent peuvent apparaître temporairement des troubles digestifs mineurs, fatigue et aggravation des principaux symptômes.
Il n’y a aucune contre-indication avec d’autres soins ostéopathiques, kinésiques… Au contraire, ces approches sont très complémentaires mais il est important de respecter un espace de quelques jours entre différentes séances, afin que le corps ait le temps de s’auto- réguler et de profiter des bienfaits de chaque pratique.
L’approche de la Médecine Traditionnelle Chinoise et celle de la médecine conventionnelle sont totalement compatibles et complémentaires.
Il est recommandé de se faire suivre régulièrement par son médecin traitant et de se conformer à sa prescription médicale. Les traitements médicamenteux ne doivent pas être arrêtés sans avis médical.